L’agrovoltaïsme : que faut-il savoir ?

La recherche de solutions énergétiques dans l’agriculture a su être un enjeu primordial, aussi bien pour les agriculteurs que pour l'État. L’agrivoltaïsme dynamique se classe parmi les technologies, comptant comme un essor important dans ce secteur d’activité. Les nombreux bienfaits découlant de ce dispositif profitent à beaucoup de cultures. Apprenez-en plus sur cette technologie.

Qu’est-ce que l’agrivoltaïsme dynamique ?

L’agrivoltaïsme dynamique associe sur une même étendue de terre, la culture des plantes et la production d’électricité par le biais des panneaux photovoltaïques. Sur https://www.colibri.solar/agriculteurs/agrivoltaique/agrivoltaisme-dynamique/, vous en apprendrez plus sur la technologie agrovoltaïque. Ces derniers, étant installés en altitude, sont dirigés en fonction des besoins de la plante.
La maîtrise de l’agrivoltaïsme dynamique se déroule en temps réel. Il s’appuie sur un certain nombre d’appareils de mesure installés sur place. Il y a entre autres des capteurs, des caméras thermiques et d’autres dispositifs aidant à faire la collecte des données microclimatiques et agroclimatiques. Il est donc possible de relever des données sur la température, l’air, le sol, l’humidité, etc.

Ses avantages

Le choix de l’agrivoltaïsme dynamique profitera à obtenir un meilleur rendement de cultures. L’agrivoltaïsme dynamique sert de rempart aux plantes contre les différents climats et pouvant profiter à tous les types de cultures. Cette technologie améliore la production en altérant le climat du sol cultivé.
D’autre part, les panneaux photovoltaïques implantés fournissent de l’électricité renouvelable, permettant ainsi alimentés les ménages alentour. Empêchant l'évapo transpiration excessive des cultures, la consommation d’eau pour l’arrosage a été diminuée.

Où est apparu l’agrivoltaïsme dynamique ?

L’agrivoltaïsme dynamique a été expérimenté au Japon pour la première fois. Le Soleil-levant est le premier pays à instaurer ce système dans les années 2004. Le pilotage se faisait manuellement en ces temps-là puis les entreprises ont mis en place des systèmes plus élaborés.
Conquis par le dispositif, plusieurs pays l’ont adopté par la suite. Plusieurs expériences ont été menées pour étudier au mieux ses effets, principalement en Italie et en Chine.